Fruits à coque, arachides et allergies !

blog post

C’est l’heure de l’apéritif, tu as quelques invité·es et tu sors quelques cacahuètes grillées. L’un de tes convives te signale qu’il est allergique aux arachides. Tu vas en cuisine pour voir si tu peux lui servir d’autres choses, tu n’as que des noisettes ou des noix de macadamia. Comme tu penses que ça n’ira pas non plus, tu reviens en lui disant, penaud·e, que tu n’as rien pour lui.

C’est ton premier dîner avec ta nouvelle amoureuse, tu sais qu’elle est allergique aux fruits à coque, mais tu t’es bien renseigné·e et tu sais que les cacahuètes ne sont pas un fruit à coque alors tu lui sers ton meilleur plat, un poulet sauté aux cacahuètes (Gong Pao Ji Ding) que tu as appris à faire en Chine. Mais voilà, elle te dit qu’elle est aussi allergique aux cacahuètes et qu’elle n’a pas pensé à préciser parce que d’habitude, les gens associent les deux allergies. Pas d'inquiétude, on va essayer de débroussailler tout ça pour t’expliquer pourquoi l’allergie aux fruits à coque n’est pas la même chose que l’allergie aux arachides et pourquoi elles sont si associées l’une à l’autre !

Tous fruits à coque ?

L'appellation fruits à coque, on la retrouve très souvent sur les emballages alimentaires et rarement avec plus de précision. Pas simple, donc, de connaître les fruits qui se cachent derrière ce qui entraîne beaucoup de confusion ! D’autant plus que beaucoup de ses fruits sont associés aux mêmes modes de consommation. Cacahuètes et pistaches à l’apéritif, noix de coco et noix de pécan pour le dessert, noix de muscade et noix de macadamia pour parfumer une purée -ok, cette association là, j’en suis moins sûr, mais j’en avais besoin pour ma démonstration !- Dans chacun de ces duos se cache un fruit à coque et un fruit pas à coque - même s’ils ont quand même des coques. 

La dénomination fruits à coque recouvre en fait neuf fruits : les noix (de Grenoble par exemple), les noisettes, les pistaches, les noix de macadamia, les noix du Brésil, les noix du Queensland, les noix de cajou, les noix de pécan et les amandes ! On parle, pour clarifier un peu les choses, des noix d’arbres. Les cacahuètes et les arachides n’en font donc pas partie, elles ne poussent pas sur des arbres. La noix de muscade et la noix de coco non plus… Bien qu’elles poussent sur un arbre ! Ceci pour la simple raison que le terme de fruit à coque est un abus de langage commun, qui recoupe des aliments qui ont  des propriétés et des allergènes communs. L’idéal est donc de retenir la liste des neuf fruits qui font partie des allergènes majeurs : les noix (de Grenoble par exemple), les noisettes, les pistaches, les noix de macadamia, les noix du Brésil, les noix du Queensland, les noix de cajou, les noix de pécan et les amandes. Oui, je les répète pour qu’on les retienne mieux. Risque d'interrogation à la fin ! Et attention, si tu tombes sur une pomme dans une basse-cour, c’est un fruit à coq et non pas un fruit à coque - même mon correcteur orthographique n’assume pas cette facétie.

Et les cacahuètes dans tout ça ?

Les cacahuètes, ou arachides -qui désigne aussi la plante- ne sont pas un fruit à coque. Ce sont en fait des légumineuses, comme les pois chiches, le lupin, les lentilles ou encore le soja. On les retrouve grillées à l’apéritif, dans des plats, sous forme de pâte (le beurre de cacahuète), ou encore d’huile… Un peu comme les fruits à coque en somme !

Pourquoi est-ce qu’on confond autant les deux alors ?

Il y a plusieurs explications à ça. D’abord, on a des usages similaires des arachides et des fruits à coque en cuisine et dans notre alimentation. De plus, les produits importés et sur lesquels les traductions peuvent être faites à la va-vite entretiennent la confusion, mélangeant les cacahuètes (peanuts) et les autres noix (nuts) dans la classification des allergènes. 

Enfin, les deux allergies peuvent être liées. On parle alors d’allergie croisée. Les protéines auxquelles on peut être allergique étant assez proches, le corps peut les assimiler l’une à l’autre et donc avoir la même réaction allergique aux deux protéines, celle du fruit à coque et celle de la cacahuète. D’autant plus que les symptômes allergiques aux fruits à coque ou aux arachides sont similaire : réactions cutanées, oedème, crampe, tachycardie, urticaire…

Bref, on ne parle pas de la même chose, mais ces deux allergies restent très liées l’une à l’autre !

Ce qu’il faut bien noter, en plus de tout ça, c’est qu’on peut aussi être allergique à certains fruits à coque, mais pas à tous. Tout comme on peut être allergique à certaines légumineuses, mais pas à toutes. Les fruits à coque, comme les arachides, comportent plusieurs protéines allergisantes, on peut être allergique à l’ensemble de ces protéines ou à l’une ou l’autre d’entre elles. Et si tu veux que je complique un peu plus les choses encore, la manière de les consommer, en particulier les cacahuètes, peut aussi influer sur la réaction. Ainsi, on estime que les cacahuètes grillées sont plus allergisantes que des cacahuètes frites ou bouillies.

De manière générale, si tu es toi-même allergique -ou intolérant·e, parce qu’on peut aussi être intolérant·e à toutes ces bonnes choses- ou que tu reçois des personnes allergiques aux fruits à coque et/ou aux arachides, le mieux c’est d’en parler ! Et en cas de doute, il vaut mieux prendre le maximum de précaution, c’est une question de santé !

Avant qu’on passe à l’interrogation -si si, celle sur les fruits à coque- je te rappelle que tu peux trouver chez les Allergonautes plein de délicieuses recettes sans fruits à coque, sans arachides ou sans aucun des deux ! Allez hop, interro surprise !

Article écrit par Arthur